lundi 15 avril 2019

Reliance




Il n'y a rien de ce que nous vivons chacun
dans notre être, dans nos destins particuliers,
qui ne soit l'affaire de tous.

Il n'y a aucune expérience que nous fassions,
aucune chose que nous vivions,
qui ne se répande, que nous le sachions ou non,
 à travers le monde.

Toutes les dégradations que nous vivons
nous dégradent tous.
Toutes les relations claires et hautes
nous éclairent tous et nous élèvent.

D'autres sont branchés
sur les mêmes longueurs d'ondes
et peuvent les amplifier.
Si je m'élève, j'élève les autres.

Imaginez ce filet de pêcheur sur une plage.
Je ne peux soulever une maille
sans que le filet entier ne vienne avec.
Il n'y a rien qui soit séparé.
.
Christiane Singer
"Du bon usage des crises"
.




4 commentaires:

  1. Alors, que penser des paroles de Fred Vargas, hier soir à la Grande Librairie, dénonçant le scandale de nos politiques, à genoux devant les lobbies, et qui emmènent la planète droit dans le mur. Nous devrions être des révolutionnaires et basculer ce système. Tuas vu la révolution dans la rue, en France ?
    Un ministre de l'intérieur qui se glorifie du bon travail de ses troupes. C'est ça la nouvelle société ? Rafler,de plus en plus d’anarchistes, les emprisonner. Faire régner l'ordre. Et nous, on bouffe quand et avec quels sous, pendant que nos aisés remplissent es avions pour aller se dorer la pilule au soleil ?
    On ne doit as se laisser abuser par la bonne parole des politiques. Ils nous endorment. Pendant ce temps, les multinationales s'engraissent et nous, on crève. La reliance,c'est bien, mais il ya trop d’escrocs aux manettes. Il faut pousser plus loin, la réflexion politique et changer tous ces gens là. Pour eux, la reliance, il la vivent être riches, bousillent la planète et laissent les pauvres crever. C'est un peu le défaut de certains beaux mots : ils cachent la forêt ou se tapissent las mafieux.

    RépondreSupprimer
  2. La reliance, ce n'est pas TOUTE la solution : c'est un aspect de la solution. C'est nécessaire mais pas suffisant.

    C'est intéressant que tu parles de Fred Vargas car elle a occupé mon esprit toute la journée d'hier. Le matin, on m'a signalé son nouveau livre, l'après-midi, j'ai écouté son émission sur France-Inter et le soir, je l'ai vue à la télé à la "Grande librairie"....
    Je suis entièrement d'accord avec elle...On nous a assez "embobinés"...Il faut une "troisième révolution" (c'est son terme)...et surtout ne plus se fier aux pouvoirs "d'en-haut". Il faut dire un NON énergique.

    Je suis également d'accord avec toi...y compris sur le danger des "beaux mots"...j'ai d'ailleurs évoqué cela à plusieurs reprises sur ce blog : en situation d'urgence absolue et de danger vital, les mots d'espoir et surtout les excès de la "pensée positive", peuvent nous empêcher, de réagir avec toute la vigueur nécessaire.

    Il nous faut, entre l'angélisme et la violence déchaînée, trouver un chemin...un chemin étroit de fermeté déterminée et de résistance sans faille. C'est la condition pour que nos enfants aient un avenir...

    RépondreSupprimer
  3. Enfin...pour terminer, je crois que j'ai toujours exprimé clairement mes convictions "révolutionnaires" sur ce blog...(voir ce que je publiais le 18 novembre 2018, soit le lendemain du tout premier jour du "soulèvement populaire en France") et également ce que j'ai publié au moment de l'élection de Macron.

    On ne peut pas m'accuser , je crois, de "ralliement tardif"...j'ai beaucoup parlé de "révolution", j'ai beaucoup parlé aussi d'urgence écologique...je l'ai fait pendant des mois et des mois...et puis ensuite, craignant la "saturation", j'ai publié quelques articles plus "apaisés"...

    RépondreSupprimer
  4. Oui, j'en suis intimement persuadée moi aussi, nous sommes tous reliés les uns aux autres, le mal que l'on fait a des répercussions sur le monde entier, et le bien également, c'est pour cela que je préfère envoyer des ondes d'amour, des ondes positives ne serait-ce qu'en témoignant de l'admiration et de la gratitude à la Terre et en n'ayant aucune haine en moi. En tous cas, c'est ce que j'essaie de faire.

    RépondreSupprimer