dimanche 22 novembre 2020

Questions naïves...(suite)

 
Je m'étais déjà posée, récemment, 
au sujet de la "crise du virus"...
 
Voici la suite de mon questionnement... :
 
 

  
Pourquoi a-t-on cherché, dès le début,
un vaccin contre le Covid19, au lieu de favoriser 
les traitements médicamenteux simples et moins coûteux
proposés par quelques médecins expérimentés ?
 
Pourquoi dépense-t-on des milliards en ce sens 
et ne trouve-t-on pas un sou pour augmenter 
le nombre de lits d'hôpitaux
et le nombre des soignants ?
 
Pourquoi tente-t-on un vaccin 
alors que l'immunité définitive 
contre le virus n'est absolument pas assurée ?
(certains ont été contaminés 
deux ou trois fois de suite) 

Pourquoi ne nous dit-on pas 
que les "variantes" actuelles du virus
sont différentes de celles du printemps 
et que cela pose problème
pour un vaccin "efficace" ?
 
Pourquoi nous présente-t-on 
comme "sûr"
un vaccin préparé dans la précipitation
(en un an au lieu des dix ans habituels) ?
 
Pourquoi s'est-on permis
 de "sauter" certaines phases
dans l'élaboration de ce vaccin ?
 
Pourquoi ne nous donne-t-on pas
la composition exacte de ce vaccin 
(nombre d'adjuvants, quantités...etc) ?
 
Pourquoi ne nous parle-t-on pas 
de ses effets secondaires ?
 
Pourquoi a-t-on déjà oublié les aberrations
et les effets délétères du précédent
 
Pourquoi n'est-on pas plus prudent
par rapport à un vaccin "nouveau"
qui n'a jamais été testé, à grande échelle, 
sur l'être humain ? 
 
Pourquoi ne prend-on pas, à son égard,
toutes les précautions qu'on avait prises 
avec l'hydroxychloroquine,
sur laquelle on avait pourtant 
beaucoup plus de "recul"
puisqu'elle était prescrite, sans souci,
depuis des dizaines d'années ?
 
Pourquoi n'est-on pas mieux informé 
du risque d'"emballement immunitaire"
 
Pourquoi est-ce que ses effets potentiels 
sur l'ADN humain
et sur les générations futures
ne sont pas évoqués,
ni pris en compte ?
 

 
 

 
 
Pourquoi un informaticien milliardaire
 s'est-il soudainement découvert,
il y a quelques années, 
 une passion pour la médecine
et pour la vaccination ?
 
Pourquoi avons-nous droit
à une "campagne de promotion" 
aussi intensive du vaccin 
présenté comme l'unique "sauveur" ?
 
Pourquoi, petit à petit, 
nous met-on dans la tête
qu'il faudra le rendre "obligatoire" ? 
 
Pourquoi ne parle-t-on pas
des  profits gigantesques 
que cela va générer 
et de leurs bénéficiaires ?

Et enfin, pourquoi les voix divergentes
à son sujet sont-elles
systématiquement raillées, 
bâillonnées, censurées ?
.
 
La Licorne
 

  + Vidéo à visionner absolument :

"Le vaccin ARN, c'est quoi ?"

.

 
 
 

8 commentaires:

  1. Eh oui ! Pourquoi ?
    Et pourquoi donnons-nous toujours le bâton pour nous faire battre à des forces obscures qui ne nous veulent pas du bien ?
    Le Diable, est étymologiquement, celui qui sépare, celui qui divise, qui jette de part et d’autre.
    Nous nous en remettons à des forces obscures qui, sous le prétexte annoncé de veiller à notre bien, nous conduisent à notre perte au profit de leurs propres intérêts, de leur folie de pouvoir, voire de leur folie tout court. C’est véritablement diabolique et cela ne fonctionne que parce que nous sommes divisés en nous-mêmes. Si ce n’était pas le cas, ces énormes incohérences diaboliques nous sauteraient aux yeux avant qu’elles aient pu prendre tant de pouvoir sur nous et sur nos vies. Diable est un mot qui peut sembler désuet, trop diversement connoté, mais c’est au fond l’appellation ancienne d’un état psychique de division, d’incohérence en soi-même, qui ouvre la porte aux forces obscures que nous n’avons pas identifiées en nous et nous conduit souvent à avaler sans sourciller les plus grosses et délétères couleuvres.

    Amezeg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une bonne analyse, que je partage en grande partie...
      Le "diable", c'est-à-dire la "division" est bien sûr aussi en nous.

      Si nous étions conscients de cela "en nous", nous serions conscients de ce qui se passe "à l'extérieur"...

      Il est vrai que si nous sommes trompés, c'est que nous nous laissons tromper...
      Si nous sommes manipulés, c'est que nous sommes manipulables...
      Si nous sommes "menés par le bout du nez" par le pouvoir politique, c'est que nous n'exerçons pas notre propre pouvoir.

      Jung disait aussi, que nous n'avons "pas d'imagination dans le mal" (autrement dit, nous sommes "naïfs").
      Et c'est en grande partie parce que nous ne prenons pas la peine ni le temps de regarder le mal "en nous" ...

      Prendre conscience de notre ombre personnelle permet souvent de déceler l'ombre "au-dehors"...et de ne plus se laisser "duper"...

      Il nous faut retrouver un "état d'intégrité" sans faille...qui ne laisse pas la "porte ouverte" aux forces obscures...
      et cela demande une certaine force de caractère qui ne s'acquiert que par l'intégration de notre propre ombre.

      Supprimer
  2. Rares ou très rares sont sans doute les personnes qui parviennent au cours de leur existence à un "état d’ intégrité sans faille", mais plus nombreuses sont probablement celles qui cheminent naturellement dans cette direction et comprennent peu à peu que ce progrès de la cohésion en elles-mêmes les met à l’abri de bien des aveuglements.
    Il peut sembler vain d’en parler ici à propos de la situation actuelle, mais, sans espérer que cela fasse entrer tout lecteur, toute lectrice, dans un travail immédiat et très engagé de la découverte de son ombre, cela peut répondre à un besoin de comprendre ce qui nous place soudain dans une sorte de sidération face à la manifestation si inquiétante des forces obscures (de nature humaine, très humaine, psychiques, psychologiques) de ce monde.

    Amezeg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu as raison, l'intégrité sans faille est un "horizon"...on y chemine...doucement... :-)

      Pour avoir beaucoup étudié le sujet, je crois que la situation dans laquelle nous nous trouvons n'est que le "paroxysme" d'une situation qui existe depuis très très longtemps...
      A vrai dire, nous nous sommes toujours fait manipuler...

      Ce qui change, c'est que la manipulation actuelle est plus forte et surtout beaucoup plus "visible"...

      C'est, au fond, une bonne nouvelle...car cela pourrait permettre d'ouvrir les yeux, cela pourrait permettre la fin de "l'aveuglement" généralisé...

      Mais la grande difficulté, c'est de regarder le "mal"...en face.

      Je pense souvent aux quelques personnes qui, pendant la seconde guerre mondiale, ont essayé de parler de la réalité des camps de concentration...et que personne n'a cru...parce que c'était, au sens propre, "in-croyable".

      J'ai parfois l'impression que notre sidération actuelle est du même ordre: il va sans doute nous falloir admettre, dans les prochains temps, l'"in-croyable", voire l'"im-pensable"...

      Supprimer
    2. Tu dis vrai, la difficulté majeure pour beaucoup de gens est et sera d’admettre l’impensable. Car il s’agit alors aussi d’admettre son propre aveuglement et, éventuellement, sa propre participation involontaire, inconsciente ; et même parfois, d’avoir pris la défense de ce qui se tramait en traitant les dissidents de complotistes ou...d’aveugles. Ce sera encore plus difficile pour celles et ceux qui se plaçaient dans la position des gens éclairés, par leur position de scientifiques, de médecins, etc.
      Ce sera aussi d’admettre que le "père", la "mère", le guide – ceux que l’on avait adoptés comme tels et dans lesquels on avait mis sa confiance, qu’il s’agisse de personnes ou d’institutions, de savoirs scientifiques, médicaux ou autres – n’étaient pas fiables, n’étaient pas ce pour quoi on les avait pris, ce dont on les avait investis. Beaucoup vont sentir s’effondre sous eux la branche sur laquelle ils étaient assis ou perchés, voire trônaient au dessus des ignares, des "innocents". Et ça, ce sera pour eux un dur morceau à avaler !

      Amezeg

      Supprimer
    3. Extrêmement "dur à avaler", tout ça, car cela remet en question le "socle" de notre vie...notre confiance de base et notre sécurité...

      On n'y "survivra" que si l'on n'oublie pas que l'effondrement de ce monde de mensonges est , au final, une grande chance : la chance d'en reconstruire un autre, basé sur des valeurs plus hautes et sur la vérité.

      Supprimer
  3. Ma méfiance est grande vis à vis des médias et des hommes politiques. La vérité n'est pas leur fort. Nous devons rester extrêmement lucides......Certaine manipulations sont d'ailleurs grossières !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui...c'est vrai : au bout d'un moment, ça se voit "comme le nez au milieu de la figure"...!
      Mais, voilà, c'est difficile , quand on a "marché dans la "combine" depuis le départ, de se dire qu'on s'est trompé...et que, pendant des mois, on a fait confiance à des gens qui n'en étaient pas dignes...:-(

      Supprimer