mardi 1 décembre 2020

Entre Terre et Ciel




Nous sommes "humains"...
et comme le dit Pierre Rabhi, 
"humain, humanisme, humanité"
sont autant de termes qui ont la même racine 
que le mot "humus"...

Nous sommes terre, nous sommes terriens,
et tous ensemble, nous sommes la Terre.

Et en même temps... ;-), nous sommes le Ciel.

Nous sommes Ciel par la part de nous
qui est "au-dessus" de la matière, 
qui est notre part transcendante, 
notre part de "lumière"...
 
Une vraie Vie, une Vie digne d'être vécue 
est une vie qui se joue "entre Terre et Ciel",
qui prend en compte à la fois
notre part matérielle et notre part lumineuse...
 
Nous ne pouvons être "réduits" à un corps
et à une existence de "survie" angoissée...
Nous sommes tellement...plus !

Et c'est sans doute en ce moment critique
où l'on essaie par tous les moyens de nous "réduire",
de nous amputer de notre meilleure part...
au moment où l'on fait tout pour nous empêcher
d'être "debout"...
d'être le "canal" du Ciel vers la Terre
et le "canal" de la Terre vers le Ciel
que nous pouvons réaliser à quel point 
c'est important...
 
 
 
 
C'est souvent quand on est "privé" de quelque chose
qu'on peut  comprendre à quel point 
cette chose est vitale pour nous...

Alors peut-être faut-il, d'une certaine façon, 
 "bénir" le manque provisoire dans lequel 
les autorités nous maintiennent...:-)

Car c'est ce "manque existentiel" 
qui pourrait être capable, 
par le malaise qu'il provoque,
de  nous faire prendre conscience
de notre vraie nature, 
de notre "essence" profonde...
 
C'est cette sensation de manque 
qui pourrait, au final, nous inciter
à reconnaître, puis à reconnecter
notre part terrestre et notre part céleste
notre Humanité et notre Divinité...
notre Corps et notre Esprit.
 
.

La Licorne
.
 
 
 

3 commentaires:

  1. Bonjour,
    Ce que tu écris est beau et tellement vrai. Tous ce qui arrive en ce moment déclenche des prises de conscience peut être salutaires...
    Amitiés
    Jacques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui...ce sont souvent -malheureusement- les circonstances les plus difficiles qui nous font le plus évoluer...
      Et là, nous sommes gâtés...alors, qu'est-ce que nous allons avancer ! :-))

      Et ta marche vers Compostelle ?
      Elle a dû te laisser "les pieds sur terre et la tête dans les étoiles", je suppose ? :-)

      Amicalement.


      Supprimer
    2. Compostelle, c'est 70 jours de randonnées dans un climat extraordinaire et immédiat de bienveillance, non jugement, souci de l'autre, lâcher prise. C'est un chemin où toutes les barrières s’effacent, où les esprits s'abandonnent en toute confiance, où la Joie règne...où l'écoute est la Reine...
      C'est un climat que l'on aimerait transposer dans la vie quotidienne...
      70 jours entre deux confinements où tout est flou, incertain... Où l'on se sent manipulé, jugé, non respecté...
      C'est difficile !

      Supprimer