mercredi 2 décembre 2020

Renouer avec le sacré

 

 

 Qu'est-ce que le "sacré" ?
C'est, pour en donner une définition extrêmement "ramassée",
ce qui est "plus grand" que cette vie "matérielle"...

C'est ce qui se situe à l'étage supérieur de l'existence, 
ce qui est plus haut, plus important...
et qui, en tant que tel, 
dépasse ma vie terrestre d'aujourd'hui.

C'est au nom du "sacré"
qu'on peut prendre des risques..
qu'on peut parfois prendre le risque ultime
de "perdre" sa vie...

Sans "sacré", il n'y a pas de "sacrifice"...
il n'y a pas de raison de "donner sa vie", 
de la consacrer à une cause ou à un être...

Le monde se trouve alors aplati"...
Il ne reste plus que la vie basique, 
quotidienne, corporelle,
sans rien pour la transcender...
ni pour lui donner "sens".
Il ne reste plus qu'une vie "animale",
ou une vie "d'automate"...
"au ras des pâquerettes".

On a longtemps identifié le "sacré" et le "religieux"...
mais je pense que ce sont deux choses différentes.

Le sacré est accessible à chacun, 
il n'a pas besoin d'institution, de dogme, 
de prêtre ou  de "prophète"...
Il est à l'intérieur de chacun, 
il est cette verticalité qui est en nous
et qui nous permet de nous relier 
à la "lumière" céleste et cosmique, 
à la "Source".


 
 
Or, dans notre civilisation, 
c'est ce "lien au sacré" qui est attaqué...
qui est mis à mal...
Ce n'est certes pas nouveau, 
mais c'est de plus en plus flagrant...

Dans cette crise qui s'éternise,
nous nous retrouvons  
à n'être plus que des "corps"
qui ont peur de mourir...
et l'accès à ce qui fait de nous 
"plus que des êtres de matière"
nous est fermé...

Là est le "vrai complot" :
C'est un  complot qui nous ôte 
notre "humanité profonde", 
notre vraie raison d'être et de vivre... 
un complot qui va contre la Vie, 
qui l'assassine "à petit feu"...
et nous réduit  jour après jour 
à être des "machines obéissantes"...
 
On connaît les "réducteurs de têtes", 
on se méfie moins des "réducteurs d'âme"...
et pourtant, ce sont les plus dangereux...
 
Il semblerait bien 
que nous soyons menacés aujourd'hui
d'un "aplatissement" total...
par  le rouleau compresseur
d'une peur illusoire...

Alors, qu'allons-nous faire ?
 
Allons-nous nous attendre l'"écrasement final"
ou allons-nous, dans un sursaut de dignité, 
nous redresser ?
 
Allons-nous trouver, au plus profond de nous, 
le courage de "renouer" avec le sens du "sacré" ?

Allons-nous réussir  à recontacter ce qui fait le fondement 
de la Vie, de l'Amour et de l'Humanité ...

...ou allons-nous nous laisser réduire, 
par des moyens subtils...ou médicamenteux,
à n'être plus que l'ombre de nous-mêmes ?
.

 
La Licorne
.
 
 
 

4 commentaires:

  1. Virus fin de la saison 1

    Qui décide de quoi ?
    Non indispensable de le savoir.
    On en est arrivé là et c'est tout :
    l'être humain réduit à cette chose silencieuse
    prise dans l'enveloppe des jours,
    le quelconque est ce qui lui reste ;
    la mémoire ne travaille plus les corps,
    elle glisse, comme une simple conséquence
    qui avance dans l'indifférence générale.
    Rien pour nous réchauffer et les cœurs aussi,
    qu'une version industrielle
    prête à sortir du moule
    pour tout à l'heure,
    service minimal : survivre pas plus.

    De visible on voit encore des ombres
    qui sortent de nous en titubant,
    impossible de revenir à l'état initial.
    La deuxième saison commence
    comme ça :
    un mur de verre qui empêche,
    ou une bulle qui nous tient fermement
    et nous pousse vers l'inexorable

    RépondreSupprimer
  2. Et si… et si le "Vent Divin" poussait nos barques au cœur de la tempête du non-sens pour nous amener à (re)trouver la boussole du sens profond peu à peu abandonnée au fur et à mesure que s’emparait de nous la fièvre matérialiste qui nous détache de nos âmes ? Et si le projet de "l’Invisible" était de permettre un "retournement" et un rééquilibrage plus harmonieux en chacun-e de nous des valeurs matérielles et spirituelles, une valorisation "inédite"du Féminin de l’être qui ouvre à l’intériorité, à la découverte de l’inconnu en nous ?
    Vivons-nous une grande épreuve d’évolution de la conscience dont les malfaiteurs de ce temps seraient les agents inconscients ?
    Qui sait… ?

    Amezeg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Vivons-nous une grande épreuve d’évolution de la conscience dont les malfaiteurs de ce temps seraient les agents inconscients ?"

      On peut le voir aussi ainsi...
      Au-dessus du plan obscur , il y a sûrement un "plan de lumière" qui inclut l'ombre elle-même...
      Ce qui veut dire que même le "pire" pourrait être, au final, au service du bien, puisqu'il nous inflige des conditions qui nous contraignent à "changer"...et à nous "ouvrir"...ce que nous ne ferions sans doute pas dans des conditions plus "douces".

      Peut-être que l'ennemi, comme dans toutes les bonnes histoires, n'est là que pour amener le ou les héros à se "dépasser".. ???

      Supprimer
    2. « Il faut vraiment que nous mettions les pieds sur un autre degré de l’échelle, et très très vite ! Nous allons y être conduits. »
      déclare Annick de Souzenelle à la 18ème minute de l’entretien filmé qu’elle a accordé à propos de la crise Covid 19 que nous vivons, et dont tu as donné le lien ici : Initiation collective https://lefildariane1234.blogspot.com/2020/10/initiation-collective.html

      L’ennemi, l’adversité si menaçante, destructrice, vient peut-être en effet nous pousser à monter d’un degré sur l’échelle de la Conscience, échelle de l’Amour inconditionnel.

      Amezeg

      Supprimer