dimanche 11 septembre 2022

Comment s'extirper de la folie collective ?

 

 

 
 
 
(vidéo publiée précédemment ICI )
.
 
 
.




6 commentaires:

  1. « Comment s'extirper de la folie collective ? »
    Le mot extirper est intéressant : du latin exstirpare, de ex, hors, et stirps, souche, racine. (dit Le Littré)
    Si nous nous sommes collectivement enracinés dans la folie comment en sortir en n’y laissant aucune racine susceptible de prospérer à nouveau, tôt ou tard ?
    Cette crise à grande échelle, mondiale, dont les dangers dépassent en taille et en risque sur l’avenir de l’humanité tout ce que l’histoire a déjà produit, exigerait-t-elle plus qu’une remédiation assez superficielle et assez éphémère de nature politico-socio-économique, plus qu’une sorte de pansement cache-misère dont l’effet ne tarde jamais à se dissiper après quelques décennies d’illusion ? Exigerait-elle, à travers les désastres qu’elle crée (dont nous n’avons encore vu que la partie émergée à ce jour) que l’humanité s’interroge sur "ce qui la fait courir", sur le terreau dans lequel elle souhaite enraciner sa vie : celui de la folie inconsciente ou celui de la sagesse consciente ? Exigerait-elle un progrès de la conscience, un retournement du regard et de l’intérêt vers les valeurs spirituelles oubliées, négligées, vers la vie de l’âme, tandis que la vie du corps et les appétits animaux - dont celui de domination qui tient les prétendues "élites" - semblent être la principale préoccupation d’un trop grand nombre d’entre nous ?

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  2. Merci de ton commentaire, Amezeg...
    Tes propos me font penser à cette contrepèterie bien connue : "Il ne faut pas changer le pansement mais penser le changement..." :-)
    Effectivement, la crise est profonde et on ne s'en sortira pas par des "pansements" ou par des solutions superficielles...le renouvellement doit être profond , lui aussi, et inclure une révision en profondeur de tout ce qui ne va pas.
    Au premier plan de ce qui ne va pas, il y a cette scission énorme entre le corps et l'âme...ce n'est d'ailleurs plus une scission, c'est carrément une disparition de la deuxième (plus jamais évoquée, plus jamais nommée) au profit de valeurs uniquement matérielles.
    Comme le disait très justement Bernanos : "On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l'on n'admet pas tout d'abord qu'elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure..."
    C'est la vie intérieure, la vie de l'âme , la vie de l'esprit...qui est étouffée à tout moment et c'est cet étouffement qui nous mène vers une vie déséquilibrée, une vie sans "guide intérieur"...une vie déconnectée du centre de l'être et qui , par conséquent, s'égare sur des chemins de plus en plus dangereux...
    Il suffit de regarder autour de nous : le progrès de la conscience est "empêché" par des tas de moyens ...du plus simple au plus sophistiqué...
    Par bonheur, il existe en nous une aspiration naturelle et irrépressible à une vie plus grande, plus belle et plus humaine...
    L'étouffement (orchestré...ou pas) peut aussi conduire à une réaction inverse : la prise de conscience définitive qu'on ne peut vivre sans "respirer" largement et librement...
    (remarque : dans "respirer", il y a la racine "spir"...la même que dans spir-itualité)
    Nul n'est plus avide d'oxygène que celui qui a failli se noyer...:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pour revenir sur le mot "extirper" : tout jardinier sait que, quand on veut replanter de nouvelles graines, il faut d'abord "extirper" tous les chardons et toutes les plantes envahissantes qui ont proliféré sur le terrain...
      Si tu as déjà essayé de le faire, tu devrais connaître la profondeur des racines du chardon...si on en laisse un seul petit bout, ça repart !!!
      C'est donc le moment d'"extirper" en nous tous les "petits bouts de racine" qui nous attachent encore à l'ancien monde, à sa noirceur et à sa folie...

      Supprimer
    2. L’étouffement des valeurs du Féminin de l’être par les valeurs aujourd’hui hégémoniques du Masculin de l’être nous invitent à AS-SPIRER, à établir en nous un équilibre dans l’unité (l’As) entre ces valeurs du Masculin et du Féminin de l’être. La spirale de l’évolution nous fait sans doute repasser par un point semblable à ce qu’il fut déjà dans le passé, mais de plus forte intensité, mais imposant une pression plus violente car, semble-t-il, sans cette violence nous ne saurions nous mettre en chemin pour répondre à cette demande d’équilibre, à cette revalorisation urgente des valeurs du Féminin de l’être…

      Amezeg :-)

      Supprimer
  3. La permaculture et les pratiques agricoles et horticoles sensées cherchent à favoriser ou à rétablir un équilibre naturel dynamique entre les espèces présentes sur le terrain, sauvages et cultivées, spontanées ou semées par le jardinier. Ce sont sans doute les mauvaises pratiques trop orientées vers le déséquilibre et le profit à court terme - et à courte vue - qu’il convient d’extirper… ;-)

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  4. Bien dit !
    Laissons-nous, donc, aspirer par la spirale de l'évolution qui nous inspire de ne pas céder à la conspiration contre l'esprit...et de nous extirper au plus vite de la folie ambiante et du totalitarisme rampant...ou grimpant ! ;-)

    RépondreSupprimer