mardi 2 mai 2017

Spiritualité et politique



La spiritualité est ce souffle inspiré qui arrache la politique 
à la diversité des intérêts particuliers 
pour se hisser jusqu’à la vision globale de l’intérêt général.
.
Quand la politique retrouve sa vocation originelle 
qui est de construire une vision collective, 
l’engagement politique devient spirituel 
et l’engagement spirituel devient politique.
.
On ne comprend rien à la modernité capitaliste 
si on ne perçoit pas qu'elle correspond à une triple subordination :  
subordination de la qualité à la quantité sur le plan existentiel; 
de l'intuition créatrice à la raison abstraite sur le plan cognitif; 
de la vie concrète - immergée dans un milieu - 
à l'abstraction d'une survie économique, sur le plan collectif.  
.
Conséquence d'une métanoïa individuelle et collective, 
le renversement de ces liens de subordination permettra 
l'avènement de communautés post-capitalistes. 
Cette métanoïa est conversion de la conscience personnelle
à une inspiration créatrice 
et conversion de la conscience collective
à une vision commune 
dans laquelle elle reconnaît la dynamique de son évolution.
.

.  
"Ce sont les forces spirituelles qui en finiront avec la tyrannie de l’Argent 
parce qu’elles en délivreront les consciences, elles redresseront les consciences 
en face de ces maîtres comme en face de tous les autres. 
Alors sera vraiment constitué le front de la liberté." 
Georges Bernanos 

Ces polémistes catholiques du siècle dernier - Bernanos, Péguy, Blois - témoignent, 
à travers un style éruptif, de l’effondrement des valeurs traditionnelles 
subverties par l’univers marchand. 
Leur indignation est proportionnelle au sens de la dignité, 
de la verticalité et de la grandeur qui les animent.

Les petites âmes ont des colères d’étincelle qui leur ressemblent.
 Les grandes âmes ont des colères de feu qui embrasent et éclairent le monde.
(...)


Olivier Breteau
.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire