dimanche 21 février 2021

Deux choses à la fois

 


 
Le propre d'une intelligence, c'est de pouvoir poursuivre 

deux raisonnements à la fois : 

comprendre que les choses sont désespérées

 et vouloir les changer quand même.

.

Francis Scott Fitzgerald

.

 

 

 

mardi 16 février 2021

Les deux loups


Un petit conte de sagesse très connu

mais qu'il fait bon relire ou réécouter

pour nous souvenir que, quelle que soit la situation, 

nous avons toujours le choix

...


 Un vieil Indien Cherokee racontait la vie à ses petits-enfants…

Il leur dit : 

"Je ressens un grand tourment.
Dans mon âme se joue présentement une grande bataille.
Deux loups se confrontent.

L'un des loups est méchant : il « est » la peur, la colère, l’envie, la peine,
les regrets, l’avidité, l’arrogance, l’apitoiement, la culpabilité,
les ressentiments, l’infériorité, le mensonge, la compétition, l’orgueil.

L’autre est bon : il « est » la joie, la paix, l’amour, l’espoir, le partage,
la générosité, la vérité, la compassion, la confiance.

La même bataille se joue présentement en vous,
en chacun de nous, en fait."

Silencieux, les enfants réfléchissaient…Puis l’un d’eux dit :
  "Grand-papa, lequel des loups va gagner?"

Le vieux Cherokee répondit simplement :
  "Celui que tu nourris".

.

 


lundi 15 février 2021

Faire confiance à la vie

 
 
 
Faire confiance à la vie.
Oser y croire.
Et rallumer les étoiles.
Une à une s'il le faut.
.
Elora Maisie
.

 

dimanche 14 février 2021

We will survive

 

Parce que ces deux-là  chantent divinement bien...

Parce qu'en pleine "crise", 

ils ont gardé leur amour de la musique et leur bonne humeur...

Parce que ça fait sacrément du bien de les écouter...

et parce que, oui, ayons confiance...

nous "survivrons" ... 

à tout ça ! 

:-)

.


Allie Sherlock et Fabio Rodrigues, dans les rues de Dublin

 

Version plus récente d'Allie seule :

 
 
 
 
 
 
 

samedi 13 février 2021

Cocréateurs


Vous êtes créateurs, cocréateurs, vous pouvez être ceux par qui le miracle arrive, ceux qui livrent passage, qui mettent au monde. Vous pouvez être cela, chacun de vous dans son destin, dans le choix que vous opérez.

 

Citations de Christiane Singer, une femme inspirante !
 

 

Ce qui manque le plus à notre vie d’aujourd’hui, c’est cette intensité surgie de l’intérieur. 
Ce ne sont pas des contenus qu'il faut transmettre, c'est une manière intense d'être.
C’est dans la rencontre de personnes vivantes qu’on en donne le goût. 
 ...
Qu'est-ce d'autre qu'aimer ? (...) surtout ne pas succomber à la tentation de croire qu'il puisse y avoir quelque chose à faire. (...) Il faut être là, c'est tout. Etre là et respirer en toute conscience, voilà. (...) Un regard qui lui dise "Je t'ai vu", d'une main sur son genou. Voilà, c'est tout.
...
Chacun de nous en changeant sa vie, en métamorphosant le rapport qu'il entretient avec les choses, avec les êtres , en vivant un grand amour, ou simplement en arrosant son pot d'azalée, en caressant la tête d'un enfant, en faisant mille gestes d'amour, sauve le monde sans le savoir. 
 
...
Ce n'étaient pas des mots particuliers qui m'avaient touché ainsi. Quelque chose en elle était entré en résonance avec quelque chose en moi. Et ce quelque chose était à la fois la qualité la plus universelle et la plus singulière de chacune de nous : ma vénération de la Vie, mon saisissement devant elle. 

...
Il est essentiel de prendre soin de ce ciel en nous, invisible aux autres, ce sanctuaire que la vie nous a édifié et que peuplent tous les intercesseurs, les messagers, ceux qui, de façon multiple, nous ont inspirés, conduits vers le meilleur de nous-mêmes.

...
Est faux ce qui fleure la théorie. Est juste - comme en musique - ce qui soudain résonne de l'un à l'autre, se propage comme une onde vibratoire.
 
...
Pour de nombreuses cultures, la vie déborde à tout moment de sens. (...) Ce monde visible est la réplique mystérieuse du monde invisible. Les corrélations sont tissées dans chaque geste, dans chaque acte : manger, boire, se laver, se coucher, bercer un enfant, célébrer l'union amoureuse, faire un feu, etc. (...) 
Il y a certes un mur dressé entre le monde visible et le monde invisible, mais ce mur laisser passer l'humidité.
 
...
Chaque geste que tu fais peut t'ouvrir ou te fermer une porte. Chaque mot que bredouille un inconnu peut être un message à toi adressé. A chaque instant la porte peut s'ouvrir sur ton destin et par les yeux de n'importe quel mendiant il peut se faire que le ciel te regarde. 

...
Dans notre univers contemporain et carcéral, voué entier au mercantilisme et à l'insignifiance, ce qu'il s'agit à tout prix (vraiment à tout prix) d'éviter, c'est la profondeur et l'intensité.
 
...
Le discours hygiénique et pseudo-scientifique transforme le vivant en normes, en chiffres, en chimie - qui s'acharne à confondre la Vie et le support physique de sa manifestation, qui ne retient de tout un poème que la composition chimique du papier sur lequel il se trouve imprimé.
 
...
Nous ne sommes pas là pour nous bercer les uns les autres, mais pour nous réveiller ensemble, pour réveiller en nous la Mémoire endormie de l'alliance fondatrice de notre être.
 
...
Au delà même de la joie, de la peine, de la naissance et de la mort, il existe un espace que rien ne menace, que rien n'a jamais menacé et qui n'encourt aucun risque de destruction, un espace intact, celui de l'amour qui a fondé notre être.

...
Nous sommes en permanence nécessaires à la création quotidienne du monde. Nous ne sommes jamais les gardiens d'un accompli mais toujours les cocréateurs d'un devenir.

 

Citations de Christiane Singer

 

. 

vendredi 12 février 2021

Attitude mentale féconde

 


 

Dans cette pandémie, il y a ce que le virus nous fait. Ce que les gouvernements font de ce virus.

Et il y a ce que nous ferons de ce que nos gouvernements nous font.

Si je devais suggérer une attitude mentale qui me semble féconde pour construire le pendant et l’après, je dirais ça (et merci à cet article si down-to-earth et si pertinent de Pouhiou que j’ai découvert sur le framablog et que je retrempe ici à ma sauce : «Il n'y a pas de solution, il n'y a que nous»)

  • Si j’arrête de croire qu’une institution le fera pour moi, je peux agir sur le petit bout d’univers qui se trouve autour de moi ;
  • Si je trouve des gens avec qui je suis bien, on peut l’agrandir ensemble, progressivement, ce petit bout d’univers qu’on se sent capable de changer.
  • Si on écoute les vécus, apprend des expériences et reprend les pratiques de ceux qui font des choses qui marchent en dehors des institutions, ça va roxxer. Tout seul, on va plus vite, mais ensemble on va plus loin.

En vérité, la direction à prendre est une pente naturelle — mais qui s’aborde en montant. Tout sauf la plus facile, donc. C’est la pente que vous voyez à gauche, sur la colline, celle où il faut…

…te sortir les doigts pour te battre, créer, monter des projets en dépit et même contre ceux qui décident dans un bureau depuis un siècle quels projets devraient être montés.

…nous remonter les manches pour prendre en charge directement ce que personne d’autre ne fera mieux que nous parce que nous sommes là où ça se passe, où nous savons quoi et comment le faire. Pas eux, pas l’État, pas le conseiller, pas l’entreprise X.

… nous prendre le chou à essayer de faire attention à tous les problèmes, à toutes les personnes, tout en sachant très bien qu’on n’y arrivera pas, jamais parfaitement.

…comprendre que la pente zigzague, qu’il n’y a pas de raccourci miracle, pas d’appli qui sauve le monde et ton cul. Pas de solution magique donc, juste notre joie et notre fierté de faire le chemin ensemble, de l’inventer à mesure. Et donc de rater, tenter, rater encore, rater mieux !

(...)

 

 Alain Damasio

.

Article complet ICI 

.

 

 

jeudi 11 février 2021

Demain sera parfait

 


 

...Donne-moi la main, camarade

Même si on est dans la panade...

Demain sera parfait

.



mardi 9 février 2021

In the train...over the rainbow

 

La semaine dernière, l'Académie de médecine 
nous recommandait "gentiment"
de ne pas parler dans les transports en commun...
 
Ne plus sourire, ne plus respirer, 
ne plus  parler...
Non, mais...pis quoi encore ???
 
Rappelez-vous le temps
où l'on pouvait faire ça :

 


C'était il y a une éternité, c'était il y a un siècle...

c'était il y a un an !

.

 

 

lundi 8 février 2021

Ton nom

 
 
 
Sur le ciel effrangé 
De la mélancolie
Sur la Terre effrayée
Par temps de maladie
 
Sur la rivière en rage
Et le fleuve assagi
Sur les masques sans visage
Et le feu assoupi

J'écris ton nom

Sur les nuages dorés
Qui retiennent leur pluie
Sur les champs assoiffés 
Qui dorment en plein midi
 
Sur la mer, sur la plage
Les galets de l'ennui
Sur la peur qui ravage
Le sens de l'aujourd'hui

J'écris ton nom
 
Aux enfants enjoués
Et aux vieillards transis
Aux femmes éveillées
Aux hommes dans la nuit
 
 Aux personnes épuisées
Aux travailleurs meurtris
Aux âmes interpellées
Aux corps si incompris
 
Je crie ton nom
 
Sur la piste sauvage
D'un monde qui s'écrit
Sur l'avenir en cage
Qui chaque jour sourit
 
Sur mon coeur en otage
Qui se sent en sursis
Sur la vie en partage
Et le silence qui guérit

J'écris ton nom...



.
La Licorne
.



dimanche 7 février 2021

Messieurs les censeurs, bonsoir !

 

 

  Oh, the wind, the wind is blowing,
Oh, le vent, le vent souffle,
Through the graves the wind is blowing,
A travers les tombes, le vent souffle,
Freedom soon will come ;
La liberté viendra bientôt ;
Then we'll come from the shadows.
Puis nous sortirons de l'ombre.

.

Leonard Cohen
"The partisan"
.

 

 

Débat sur la censure actuelle
qui s'abat sur les lanceurs d'alerte...
et sur les raisons de ne pas désespérer...



samedi 6 février 2021

Des aujourd'huis qui bruissent

 
 
 
 
Pendant cinquante-cinq jours, on a bien voulu jouer les lapins
apeurés dans les phares de la pandémie. 
Mais ça y est : on est en train de traverser la route 
et de rejoindre le maquis. 
On est là. Sur la bande d’arrêt d’urgence. 
« On est lààà ! » 
 
Derrière nous, la circulation recommence 
doucement sur l’autoroute. 
Ce moteur qui tousse, la bouche dans son coude, 
ce n’est pas un bus scolaire, 
non : c’est l’économie.
 
Disons-le : il n’existe aucune raison que cette crise, 
qui ouvre tellement de possibilités de bouleversements, 
n’en ouvre pas à celles et à ceux qui, comme nous, 
veulent changer ce monde. 
 
Toute crise majeure est une chance, oui. 
Parce qu’elle brise un continuum. 
Et qu’elle ouvre une lucarne
 dans le mur circulaire de nos habitus 
cimentés à la résignation et au déni. 
 
Une lucarne qui peut vite devenir fenêtres, 
puis portes sur un futur à désincarcérer.
Cette pandémie n’est donc pas qu’une catastrophe.
 
 C’est déjà beaucoup plus, beaucoup mieux : 
une promesse.
 Une promesse pour ce printemps qui pousse 
et dont nous pouvons être les bourgeons têtus,
 les fleurs sans naïveté et les fruits qui mûrissent.
(...)
 
 
Ce qui importe est de sortir du confinement capitaliste 
et de nous ménager des dehors où respirer, réinventer et retisser. 
Territoires où expérimenter. Temps libérés. Collectif où lier & relier. 
 
La bonne nouvelle est que germent déjà de partout
 (quoiqu’on dise, et étouffe, et fasse croire)
 d’innombrables initiatives en ce sens.
 
Il n’y a plus de lendemains qui chantent, et c’est tant mieux. 
Mais il y a des aujourd’huis qui bruissent. Et c’est mieux.

 
Alain Damasio
20 avril 2020 
.




Texte intégral ICI



jeudi 4 février 2021

Autonomie

 
 
 
Désormais, la plus haute, la plus belle performance 
que devra réaliser l’humanité 
sera de répondre à ses besoins vitaux 
avec les moyens les plus simples et les plus sains.

Cultiver son jardin ou s’adonner 
à  n’importe quelle activité créatrice d’autonomie 
sera considéré comme un acte politique, 
un acte de légitime résistance 
à la dépendance et à l’asservissement 
de la personne humaine.
.
.

 

 

mercredi 3 février 2021

Evidence

  
 
 

 
 
Il est évident dès le départ pour toute personne 
dotée d'une instruction élémentaire, 
et qui prend la peine de vérifier les faits, 
que mettre par terre l'économie sera plus dommageable
 pour la vie et l'intégrité physique que n'importe quel virus. 
 
Pourquoi cette évidence semble avoir échappé au Premier ministre
 titulaire d'un diplôme d'Oxford, 
d'autant qu'il est entouré de cohortes entières de collègues 
et de conseillers armés de qualifications tout aussi prestigieuses ?
.
Pascal Sacré



mardi 2 février 2021

Everybody knows

 

 


Everybody knows that the dice are loaded  
Everybody rolls with their fingers crossed 
 Everybody knows the war is over 
 Everybody knows the good guys lost  
Everybody knows the fight was fixed  
The poor stay poor, the rich get rich  
That's how it goes  
Everybody knows  
Everybody knows that the boat is leaking 
 Everybody knows that the captain lied  
(...)
Everybody knows the deal is rotten 
 Old Black Joe's still pickin' cotton  
For your ribbons and bows  
And everybody knows 
 And everybody knows that the Plague is coming 
(...)
And everybody knows  
Everybody knows, everybody knows 
 That's how it goes 
 Everybody knows 
 Everybody knows, everybody knows 
 That's how it goes 
 Everybody knows Everybody knows, 
everybody knows 
 That's how it goes 
 Everybody knows  
Everybody knows
.
  
 
 

 

Noirceur...et lumière...

L. Cohen  : poète de l'Ombre... et de sa transmutation...

 

   

 


lundi 1 février 2021

Ce qui est réellement en jeu

 


 

Je vous redonne mon point de vue d’ingénieur en intelligence artificielle sur la crise, 
que l’on pourra considérer à loisir comme une déformation professionnelle 
m’ayant conduit au "complotisme" ;-) :
 
Le projet de gouvernance mondiale qui regroupe aujourd’hui tout l’occident 
et auquel la Chine est maintenant techniquement associée 
a décidé de profiter de la crise du coronavirus pour aboutir à son objectif principal : 
imposer à chaque individu une identité numérique 
qui deviendra à la fois un moyen de paiement, de traçage, de contrôle, etc. 
via un cloud personnel auquel seules des I.A. auront accès 
avec des garanties (douteuses) pour la protection des données personnelles. 
 
Cette identité automatiquement détectée un peu partout est en effet la clé 
pour que l’immense marché des objets connectés soit viable 
et c’est surtout la seule planche de salut pour la finance mondiale, 
la monnaie numérique devant peu à peu remplacer toutes les autres 
qui ne valent virtuellement plus rien. 
 
Le problème est que cette volonté d’identification numérique, 
si elle était avouée directement, ferait trop peur 
car elle est effectivement potentiellement liberticide 
et pourrait conduire à un monde Orwellien voire transhumain. 
 
Le seul moyen de l’imposer l’air de rien passe par la vaccination généralisée, 
au départ via le passeport vaccinal et ensuite petit à petit jusqu’à la puce externe 
puis implantée (escalier à grenouilles).
Avez-vous entendu parler d’un passeport traitement ? 
Non, parce qu’on ne sait pas comment identifier quelqu’un 
qui ne serait plus contagieux parce qu’il aurait été traité.
 Alors qu’avec le vaccin, c’est (théoriquement) très facile. 
 
Voilà la raison pour laquelle les traitements contre le virus sont négligés 
voire censurés depuis le début et pourquoi il y a une telle obsession 
pour les mesures sanitaires (masques et confinements) 
en vue d’une vaccination mondiale.
 
C’est la numérisation qui est en jeu, 
la santé restant apparemment secondaire dans cette affaire. (*)
Le masque ne fait que jouer le rôle de soumission préparatoire
 à l’acceptation d’une future identité numérique. 
Prenez ça si vous voulez pour un point de vue biaisé 
par mes compétences en I.A.
 
Heureusement, j’ai aussi un autre point de vue, celui de physicien... 
de la conscience, qui me rend beaucoup plus optimiste sur cette question
 Ce sera dans mon prochain livre.
.
 
Ingénieur en intelligence artificielle
et physicien (chercheur CNRS)



(*) ( Ajout de La Licorne) :
 
D'après différentes sources, 
la véritable signification du mot COVID
serait celle-ci:
 
"Certificate Of Vaccination-IDentification" 

.


 
 

samedi 30 janvier 2021

Un plan...datant de 2010


Et si...bien loin de l'improvisation apparente, 

toutes les décisions soi-disant "sanitaires" étaient...

soigneusement planifiées et concertées ?

.

 

Voici un document qui fait froid dans le dos  :

Le texte d'origine, qui s'intitule
"Scénarios pour le futur de la technologie
et du développement international", 
date de 2010
et, vous ne le croirez peut-être pas,
il est disponible en intégralité sur internet  !!!
En anglais : ICI
En français : LA 
 
Lire en priorité : 
"Les narratifs du scénario" p 18
.

En 2014, un journaliste en a parlé longuement dans une vidéo
(sans savoir, à l'époque, quelle forme prendrait ce virus)
Cette vidéo peut s'écouter ICI
.
 
 
Alors, après avoir lu cela,  
on peut, bien sûr, se déchirer 
entre "complotistes" et "anti-complotistes"...
On peut s'écharper pour savoir
qui détient la vérité ou qui ne la détient pas...
mais cela ne nous mènera nulle part.
 
 Car cela fait bien évidemment le jeu 
de ceux qui souhaitent nous voir divisés...

Pour moi, la seule question valable est :
 
Maintenant que la première partie du plan est révolue,
maintenant que l'on est sûr que tout cela n'est pas "du vent", 
mais que ça s'est réellement passé, sous nos yeux...
allons-nous continuer à laisser se dérouler la suite...

.

 


Prenez garde

 
 

 
 
Oh prenez garde à ceux qui n'ont rien
Chante chante un petit oiseau malin
Qui monte au ciel, qui plane et qui pique
Au-dessus des royaumes et des républiques
 
L'oiseau malin regarde et voit
Les monarques et leurs secrets
Qui lancent dans les palais d'état
Les ordonnances et les décrets
 
Masters and servants
De leurs salons protégés
N'entendent pas l'oiseau qui chante
N'entendent pas l'oiseau chanter
Pressentant comme un danger

Oh prenez garde à ceux qui n'ont rien
Qu'on a laissé au bord du chemin
Rêveurs rêvant le monde meilleur
Ils voient la colère monter dans leurs cœurs

Oh prenez garde à ceux qui n'ont rien
Chante chante un petit oiseau malin
Qui monte au ciel, qui plane et qui pique
Au-dessus des royaumes et des républiques 

L'oiseau malin regarde et voit
Les financiers dans leurs mystères
Qui jouent sur les écrans plasma, lon la
L'argent que tant de gens espèrent
 
Masters and servants
De leurs bureaux protégés
N'entendent pas l'oiseau qui chante
N'entendent pas l'oiseau chanter
Pressentant comme un danger

Oh prenez garde à ceux qui n'ont rien
Qu'on a laissé au bord du chemin
Rêveurs rêvant le monde meilleur
Ils voient la colère monter dans leurs cœurs

Oh prenez garde à ceux qui n'ont rien
Chante chante un petit oiseau malin
Qui monte au ciel, qui plane et qui pique
Au-dessus des royaumes et des républiques

Le monde de demain
Il est dans leurs mains
Les mains de ceux qui n'ont rien
Dans leurs mains

Oh prenez garde à ceux qui n'ont rien
Qu'on a laissé au bord du chemin
Rêveurs rêvant le monde meilleur
Ils voient la colère monter dans leurs cœurs

Oh prenez garde à ceux qui n'ont rien
Chante chante un petit oiseau malin
Qui monte au ciel, qui plane et qui pique
Au-dessus des royaumes et des républiques
 
Prenez garde
Prenez garde
Prenez garde
.