samedi 9 novembre 2019

La voix du silence









Autrefois, je ne savais pas
Qu'il est des mots qu'on n'entend pas
Mais un soir une ombre est venue
Qui m'a dit : "Écoute un peu plus
Une voix te parle en mots inconnus
Entends-tu
Tout bas la voix du silence ?"


Je m'en suis allée promener
Les peupliers se sont penchés
Pour me raconter des histoires
Qu'ils étaient les seuls à savoir
Et le vent et la mer
Doucement me parlaient
J'entendais
Chanter la voix du silence


Et depuis j'ai vu bien des gens
Qui jetaient des mots à tous vents
Et qui discouraient sans parler
Qui entendaient sans écouter
Ils composaient des chants
Que nulle voix n'a repris
Et leurs cris
Couvrent la voix du silence


Les hommes ne voient plus les fleurs
Ils en ont pris des rides au coeur
Ils espèrent en faisant du bruit
Meubler le vide de leur vie
Et mes mots tombent sans un bruit
En gouttes de rosée
Étouffés
Comme la voix du silence


Toi tu dors à mon côté
Et je n'ose pas te parler
De peur que mes mots se confondent
Avec le bruit que fait le Monde
Mais je t'aime tant
Qu'un jour tu comprendras
Tu m'entendras
Crier les mots du silence
.




vendredi 4 octobre 2019

La force de l'art et de la littérature




Un jour, Dostoïevski a laissé échapper cette énigmatique remarque : 
« La beauté sauvera le monde. »

Qu'est-ce que cela veut dire ? 
Pendant longtemps, j'ai pensé que ce n'étaient que des mots. 
Comment était-ce possible ? 
Quand donc, au cours de notre sanglante Histoire, 
la beauté a-t-elle sauvé quiconque de quoi que ce soit ? 
Ennobli, exalté, oui. Mais qui a été sauvé ?

Il existe, toutefois, une certaine particularité 
dans l'essence même de la beauté 
et dans la nature même de l'art :
 la conviction profonde qu'entraîne une vraie oeuvre d'art
 est absolument irréfutable, 
et elle contraint même le coeur le plus hostile à se soumettre.

On peut parfaitement composer un discours politique apparemment bien fait, 
écrire un article convaincant, concevoir un programme social
 ou un système philosophique, en partant d'une erreur ou d'un mensonge.
 Dans ce cas, ce qui est caché ou déformé n'apparaît pas immédiatement.

Un discours, un article ou un programme exactement contraire 
et un système philosophique construit d'une façon entièrement différente 
rallieront l'opposition. 
Et ils sont tout aussi bien construits, tout aussi convaincants. 
Ce qui explique à la fois la confiance et la défiance qu'ils provoquent.

Mais une oeuvre d'art porte en soi sa propre confirmation.
Si la pensée est artificielle ou exagérée, 
elle ne supporte pas d'être portée en images. 
Tout s'écroule, semble pâle et terne, et ne convainc personne.

En revanche, les oeuvres d'art qui ont cherché la vérité profonde 
et nous la présentent comme une force vivante
 s'emparent de nous et s'imposent à nous, 
et personne, jamais, même dans les âges à venir, 
ne pourra les réfuter.

Ainsi cette ancienne trinité que composent la vérité, la bonté et la beauté 
n'est peut-être pas simplement une formule vide et flétrie, 
comme nous le pensions aux jours de notre jeunesse présomptueuse et matérialiste. 
Si les cimes de ces trois arbres convergent, comme le soutiennent les humanistes,
mais si les deux troncs trop ostensibles et trop droits 
que sont la vérité et la bonté sont écrasés, coupés, étouffés,
 alors peut-être surgira le fantastique, l'imprévisible, l'inattendu, 
et les branches de l'arbre de beauté perceront et s'épanouiront
 exactement au même endroit 
et rempliront ainsi la mission des trois à la fois.

Alors, la remarque de Dostoïevski « La beauté sauvera le monde »
 ne serait plus une phrase en l'air, mais une prophétie. 

(...)



On nous dira : que peut la littérature contre la ruée sauvage de la violence ? 
Mais n'oublions pas que la violence ne vit pas seule, 
qu'elle est incapable de vivre seule : 
elle est intimement associée, par le plus étroit des liens naturels,
au mensonge. 
La violence trouve son seul refuge dans le mensonge, 
et le mensonge son seul soutien dans la violence.
 Tout homme qui a choisi la violence comme moyen 
doit inexorablement choisir le mensonge comme règle.

Au début, la violence agit à ciel ouvert, et même avec orgueil. 
Mais, dès qu'elle se renforce, qu'elle est fermement établie, 
elle sent l'air se raréfier autour d'elle et elle ne peut survivre 
sans pénétrer dans un brouillard de mensonges, 
les déguisant sous des paroles doucereuses. 
Elle ne tranche pas toujours, pas forcément, les gorges ; 
le plus souvent, elle exige seulement 
un acte d'allégeance au mensonge, une complicité.

Et le simple acte de courage d'un homme simple est de refuser le mensonge. 
Que le monde s'y adonne, qu'il en fasse même sa loi - mais sans moi.

Les écrivains et les artistes peuvent faire davantage. 
Ils peuvent vaincre le mensonge. 
Dans le combat contre le mensonge, l'art a toujours gagné, 
et il gagnera toujours, ouvertement, irréfutablement, dans le monde entier. 
Le mensonge peut résister à beaucoup de choses.
Pas à l'art.

Et dès que le mensonge sera confondu, 
la violence apparaîtra dans sa nudité et dans sa laideur. 
Et la violence, alors, s'effondrera.

C'est pourquoi, mes amis, je pense que nous pouvons 
aider le monde en cette heure brûlante. 
Non en nous donnant pour excuse de ne pas être armés, 
non en nous adonnant à une vie futile, mais en partant en guerre.

Les Russes aiment les proverbes qui ont trait à la vérité. 
Ceux-ci expriment de façon constante et parfois frappante 
la dure expérience de leur pays :
 « Une parole de vérité pèse plus que le monde entier. »
.

lundi 30 septembre 2019

Sans la liberté


"Sans la liberté il n’y a rien au monde,
 elle seule donne du prix à la vie."
.
François-René de Chateaubriand
.



« Chaque année depuis un peu plus vingt ans, 
les plaques tectoniques de notre société politique 
se déplacent dans une mesure telle que j’ai fini, 
comme bien d’autres, par me demander si l’amour de la liberté,
 ou celui de l’État de droit qui vise à le garantir,
 n’était pas un simple vernis, une référence morte, 
un propos de fin de banquet. »
.





jeudi 26 septembre 2019

mercredi 25 septembre 2019

...ça "bouge" pour le climat !



Des milliers et des milliers de personnes dans les rues, partout dans le monde...

Et un "coup de gueule" bien senti...
.


lundi 29 juillet 2019

Se "pauser"





De temps en temps, il faut faire une pause
pour permettre à notre âme de nous rejoindre.
.
Proverbe indien
.



samedi 27 juillet 2019

Métamorphose



Tout est en évolution permanente.
Mais il arrive un temps où le changement devient soudain 
plus rapide, plus brusque, plus spectaculaire.
Le bourgeon compact se transforme en fleur épanouie.
La chenille s'extirpe de son épaisse gangue sombre 
et se mue en papillon léger et multicolore.
L'adolescent devient un adulte.
Une peuplade ne vivant que dans la peur, l'égoïsme et la violence, 
se transforme en civilisation consciente et solidaire.

Cette métamorphose s'effectue le plus souvent 
par spasmes, contractions, douleurs.
Lorsqu'elle est achevée, il ne reste plus qu'une vieille enveloppe vide 
accrochée à une branche d'arbre, 
des souvenirs pénibles associés à des photos jaunies,
 des drames notés dans des livres d'histoire, 
des ruines et des musées, autant de vestiges dérisoires
d'un monde archaïque.

Et l'être transmuté peut s'envoler vers le soleil 
pour faire sécher ses ailes neuves.




Cependant, à mesure qu'approche le temps de la Métamorphose, 
surgissent des forces visant à l'empêcher de se réaliser. 
Celles-ci émanent de tous ceux qui craignent la transformation vers l'inconnu 
et préfèrent la stagnation, voire le retour en arrière.
Il ne faut pas sous-estimer ces forces de blocage.
Tout d'abord parce qu'elles s'avèrent souvent majoritaires,
 ensuite parce qu'elles sont plus puissantes, car mieux enracinées, 
que les forces évolutives.

L'envie de rester dans le monde ancien est rassurante. 
La crainte d'avancer est naturelle. 
Pourtant, s'il refuse de changer, l'organisme se sclérose, 
étouffe dans sa vieille peau, sans révéler son vrai potentiel.

Quand un individu arrive à élargir son champ de vision 
dans le temps et dans l'espace, il est naturellement tenté 
de souhaiter sa propre métamorphose, 
mais aussi celle de tous les êtres qui l'entourent.


Bernard Werber
"Troisième humanité"
Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu
.




mercredi 24 juillet 2019

Allez plus loin !






On ne veut rien laisser tomber du passé 
et on est de plus en plus courbé 
sous le poids d’une accumulation inutile.

Vous avez un guide sur un morceau de chemin, 
laissez le chemin, et le guide, et allez plus loin.

C’est une chose que les hommes font avec difficulté ; 
quand ils attrapent quelque chose qui les aide, 
ils s’y accrochent et puis ils ne veulent plus bouger.

Ceux qui ont fait un progrès avec le Christianisme ou l’Hindouisme, 
ne veulent pas les laisser et ils les portent sur leurs épaules. 
Cela alourdit la marche et vous retarde infiniment.

Une fois que vous avez passé l’étape, laissez-la tomber. 
Qu’elle s’en aille ! Allez plus loin.

.

Ce que nous prenons souvent pour une vérité ultime, 
n’est le plus souvent qu’une expérience incomplète de la Vérité 
– et sans doute la totalité de l’expérience n’existe-t-elle nulle part
 dans le temps et dans l’espace, en aucun lieu, 
en aucun être si lumineux soit-il, 
car la Vérité est Infinie, elle va toujours de l’avant. 
.


Satprem




mardi 23 juillet 2019

Chemin de vérité





Vous êtes des êtres de lumière. 
Nés de la lumière, vous retournerez à la lumière 
et serez sur le chemin, guidés par la lumière 
de votre être infini.

Vous vivez dans un monde créé par vous de toutes pièces. 
La vérité prend sa source dans les cœurs, 
et ce que vous admirez le plus aujourd'hui,
vous le deviendrez.

Que ni l'apparente noirceur, ni le mal,
ni ce vêtement usé qu'est la mort 
ne vous effraient ou vous déconcertent, 
car ils ne sont que des défis
que vous avez choisis de relever.

Sur la pierre de l'amour, venez poser votre tête; 
à la source de l'amour, venez vous abreuver et tirer les forces 
qui, à chaque instant, vous permettront de transformer votre vie.

La vérité et la lumière sont à la portée de ceux qui désirent les connaître.
Imagine que de tout ton cœur, tu désires savoir qui tu es, d'où tu viens,
 où tu vas et la raison pour laquelle tu te trouves ici.

Imagine ensuite que tu n'auras de cesse 
que lorsque tu auras trouvé réponses à toutes ces questions.
.
Richard Bach 
"Un"
.





jeudi 11 juillet 2019

Nos vies



Our lives are not our own,
From womb to tomb we are bound to others,
Past and present, 
And by each crime, and each kindness
We birth our future.





Nos vies ne nous appartiennent pas.
De la matrice à la tombe,
nous sommes liés les uns aux autres.
Passé et présent.
Et par chaque crime et chaque bienveillance,
nous enfantons notre avenir.
.

Dialogue du film
"Cloud Atlas"

.







samedi 6 juillet 2019

Pressentiment

 
 
 
Je suis comme un drapeau entouré de lointains.
Je pressens les vents, ils arrivent, et je dois les vivre,
tandis que les choses en bas
ne sont même pas encore remuées :
Les portes se ferment encore doucement,
et tout est calme dans les cheminées ;
Les fenêtres ne tremblent pas encore,
et lourde est encore la poussière.
Mais je sais proche les tempêtes
et je suis agité comme la mer.
.
Rainer Maria Rilke
.



mercredi 12 juin 2019

Tweets d'Edgar Morin



L'humanité est comme un kamikaze 
qui court vers sa perte avec une ceinture d'explosifs.

Le trou noir par lequel notre civilisation pourrait s'effondrer
est l'absence de pensée.

Les aspirations sont là, la révolte est là, 
mais la pensée pas encore (Nuits Debout).

Ils ont admirablement analysé l'accessoire,
 ils sont assez lucides sur tout ce qui est secondaire,
ils sont aveugles sur le principal.

Jusqu'où iront les révoltes aveugles contre les élites aveugles ?

La carence de la pensée qui compartimente les savoirs
 sans pouvoir affronter les problèmes globaux et fondamentaux,
stérilise la politique.

Il y a une forte croissance, c'est vrai,
mais seulement du crétinisme.

La régression progresse...

Nous avons déconstruit l’être humain, 
Il faut à présent déconstruire la déconstruction 
et retrouver l’être humain dans sa complexité.

Comment concerter progrès technologique et progrès humain
tant que les dynamiques de l'un et de l'autre
sont de plus en plus dissociées ? 
 
Notre logique ne fonctionne que pour des bouts de réalité
que nous avons découpés et compartimentés.

Le oui ou non est bon pour la décision et l'action.
 Le oui et non est pour la connaissance et la pensée.

La spécialisation doit-elle se payer par une parcellisation absurde
où la connaissance se disloque en mille savoirs clos?

Ma raison m’enseigne que la raison ne peut tout comprendre :
ma raison me conduit à ses limites,
c’est à dire aux bords du mystère.

Comprenons enfin que nous sommes confrontés
à l'incompréhensible.

Deux ennemis de la pensée:
la disjonction qui sépare l'inséparé;
la réduction qui croit connaitre un tout complexe
à partir d'un élément.


L'important n'est pas le tout, ni les parties, 
c'est les relations entre le tout et les parties.

La connaissance ne peut être complète,
mais elle peut être complexe.

La rationalisation de la vie humaine
est une des formes contemporaines de la folie.

Dès qu'un sujet humain est vu à travers des chiffres, 
il devient objet.

En période de crise, les humains révèlent soit le meilleur,
soit le pire d'eux-mêmes.

Aujourd’hui bien des possibles sont impossibles, 
demain bien des impossibles deviendront possibles.


C'est dans les périodes de désespérance
que surgissent les espérances les plus folles.


Edgar Morin
Compte Tweeter